UNE CHAMBRE À SOI

Notre programmation au Théâtre GiraSole en 2015

 

15H40 | Durée 1H15 | Relâches les 9, 16 et 23 juillet
À partir de 15 ans
Tarifs : 15€ | 10€ (réduit)

143081435146151430814351265714308143512595

 

La pièce
En 1928, Virginia Woolf est invitée dans deux « colleges » féminins de l'université de Cambridge à donner une conférence sur les femmes et la fiction. Un an plus tard, ce travail sur les disparités homme-femme au fil de l'Histoire, montrant combien la sujétion économique de la femme l'a longtemps privée de la liberté d'écrire, sera développé et publié sous A Room of One's Own / Une chambre à soi.
Auteure de génie, critique littéraire et éditrice, Virginia Woolf a fasciné ses contemporains par sa créativité d'avant-garde et sa vie de femme libre. En 1929, elle publie Une chambre à soi, essai passionnant et énergique, plein de lucidité et d'humour qui deviendra un véritable texte de référence pour le droit des femmes à l'égalité et à la liberté intellectuelle.

Sept ans de réflexion

Juillet 2006 : « Lambeaux » se joue à Avignon. C'est un texte de Charles Juliet que j'ai mis en scène, joué par Anne de Boissy dont l'interprétation bouleverse chaque soir le public. Soudain, coup de tonnerre sur le Festival : « Le Monde » publie les conclusions d'un rapport du Ministère de la Culture. Y éclatent des inégalités insoupçonnées entre les hommes et les femmes dans le spectacle vivant. Ce rapport devient rapidement le « Rapport Reine Prat », du nom de son auteure...Reine Prat vient voir Lambeaux. Nous faisons connaissance, nous discutons de « son » rapport et de mon spectacle.
Septembre 2006 : Suite au rapport Reine Prat sur «l'égalité hommes-femmes dans les domaines du théâtre, de la musique et de la danse», je suis conviée au Ministère de la Culture ainsi qu'une trentaine de metteuses en scènes. But de la réunion : nous convaincre de devenir candidates aux postes de direction des CDN et des Scènes Nationales. Or j'ai choisi de travailler en collectif, j'aime les chemins de traverse et je suis fière d'inventer jour après jour mon outil de travail. Néanmoins, je sors de cette réunion culpabilisée. Dans le TGV qui me ramène à Lyon, je lis Une chambre à soi de Virginia Woolf. Double décision : le livre de Virginia Woolf ne me quittera plus, et j'en ferai un jour résonner les murs des théâtres / le «rapport Reine Prat» ne me quittera plus, et je travaillerai désormais à réduire les inégalités qu'il a révélées.
2007-2008 : Un groupe de metteuses en scène lyonnaises se constitue. Nous décidons de nous emparer des questions posées par le « rapport Reine Prat » et d'y sensibiliser le public et les responsables politiques. Ce groupe de travail devient mixte, il s'élargit aux autres métiers du spectacle et donne naissance à l‘association « H/F ». Je relis Une chambre à soi avant chaque colloque ou débat où je dois intervenir au nom de H/F. J'en cite régulièrement des extraits, petit à petit je me glisse dans les mots de Virginia...
2009-2013 : Je lis le Journal de Virginia Woolf, et la voix d'Anne de Boissy commence à s'infiltrer dans le «je» de l'auteure. C'est comme ça que le théâtre naît pour moi : ma voix intérieure est progressivement remplacée, chassée du texte, jusqu'à ce que l'« Autre », l'Acteur, s'y impose. Je reviens pour la énième fois à Une chambre à soi et je propose à Anne ce nouveau challenge. Après une série conférence-spectacle au NTH8 intitulée La sœur de Shakespeare, le texte mûrit en nous, petit à petit il nous «ravine». Ne rien vouloir de lui, nous laisser agir par lui. Prendre le temps nécessaire pour faire éclater cette fête de la pensée, ce bouillonnement des émotions.
Saison 2013- 2014 : Nous créeons la forme théâtrale d' « Une chambre à soi » le 28 novembre 2013 à l'Arc Scène Nationale au Creusot, puis jouons à Lyon, Tassin-la-Demi-Lune, Vaulx-en-Velin, Meylan, Mornant ...
14032591196118_med

PRESSE

" Formidable texte, formidable interprétation... Quel beau spectacle qu' Une chambre à soi, mis en scène par Sylvie Mongin-Algan! [...] Anne de Boissy campe ce personnage avec une délicatesse et un humour irrésistibles. Elle démonte les barreaux de la cage où elle est d'abord enfermée, ressemblant à un parc d'enfant, afin de s'en délivrer au fur et à mesure qu'avance son discours. Sans que notre attention, captée dès les premières minutes par la puissance du raisonnement et la beauté des phrases, ne faiblisse une seule seconde. "

N.Blondeau, Le Progès

 

Les Trois-Huit, NTH8 / Nouveau Théâtre du 8e

En savoir plus

de Viginia Woolf

Mise en scène : Sylvie Mongin-Algan
avec Anne de Boissy
scénographie : Carmen Mariscal
lumières : Yoann Tivoli
son : Véronique Dubin
costumes : Clara Ognibene
régie: Jérémie Quintin
traduction : Clara Malraux, éd. Denoël
photographies du spectacle : Lorenzo Papace

production/diffusion : Julia Brunet
production@nth8.com
assistanat : Donia Badereddine

 

Production Les Trois-Huit, NTH8/Nouveau Théâtre du 8e
Soutien L'arc-scène nationale-Le Creusot
Cie conventionnée DRAC Rhône-Alpes / Région Rhônes-Alpes / Ville de Lyon