Traces de lumière

Jeudi 16 juillet | 15h45 | Durée: 1h
PRÉSENTATION ET LECTURES D'EXTRAITS
Entrée libre | réservation conseillée

14331425067967_med

Présentation, lectures d'extraits et rencontre autour des prochaines créations de la Cie Gilgamesh:

Traces de lumière - Avant-premières : 29 oct 2015-Théâtre de l’Escabeau-Briare & 7 nov 2015-Théatre Benoit XII-Avignon 


« Sauvés du feu par le feu...
Quand la fin du monde approche, ou tout au moins la fin de notre monde, nous sommes partagés entre deux tentations. La première est le désespoir, le souhait amer que tout disparaisse avec nous, absolument tout, qu'il n'en reste rien pour dire ce que nous avons tenté d'être. La seconde est le désir de garder à tout prix quelque chose qui puisse porter témoignage, ici ou là, un jour ou l'autre, de ce que nous avons été.
Et dans ces cas-là, ce que nous voulons sauver, c'est toujours, en tous lieux, la beauté. [...]
S'il faut garder un bien précieux c'est la poésie qui est choisie, une poésie d'altitude, qui élève l'être, qui appelle à trouver un autre monde dans celui-ci, un monde préservé du sabre et du feu. Un monde auquel les hommes accèdent justement par un autre feu, celui de l'amour, à l'opposé même de la barbarie et du massacre ».
J.C.Carrière, préface de « Sur les pas de Rûmi » N.Tajadod

Dans ces mots de Jean Claude Carrière se niche la genèse, le secret de ce projet. Après Wannous, je dirais plutôt suite à Wannous, et notamment ma dernière création « Le Livre de Damas et des Prophéties », des textes durs, qui traitaient de la haine, de la guerre, de la complexité de l'Homme, et qui ont donné lieu à un spectacle d'une grande violence, même si cette violence était parfois seulement sous-jacente
Tout en espérant ouvrir une brèche dans le mur du désespoir, j'ai constaté que le résultat n'a sans doute été qu'une redite de notre monde, et de la violence qui nous entoure, qui nous cerne. J'ai mal vécu ce constat d'échec. J'ai compris que je devais tenter de changer l'angle de mon regard sur le monde et sur l'homme...avec toujours le souci de ne pas être dans le faux, ne pas tromper mon audience, mes camarades, ni me tromper moi même. J'avais ce besoin de beauté, de joie, de lumière et d'amour, mais à premier coup d'œil, ni l'état du monde ni celui de mes contemporains ne me la donnaient à voir, cette vision
Partant de ce constat même, de notre réalité, nous essayerons donc avec ce diptyque, d'aller à la quête du potentiel de beauté, d'amour et de lumières _enfui quelque part, bien caché et bien profond_ de notre humanité ; à la recherche de cette fameuse pierre philosophale sans laquelle aucune alchimie n'opère. Car dans ces temps où tout, de plus en plus, nous sépare, nous avons besoin d'un processus alchimique, pour nous retrouver, et nous reconnaître frères... humains.
Fida Mohissen

« Efface de ton cœur les sons et les lettres
Trempe dans le sang de l'amour
La plume de l'esprit
Et écris !
»
Faouzi Skali, Traces de lumière

 

 

 

d'après
Faouzi Skali

Dirigée par Fida Mohissen
Avec notamment Jean-Damien Barbin, Amandine Du Rivau, Tewfik Jallab...
Musique (live) & chant Michel Thouseau & Fawaz Baker

Production Cie Gilgamesh Théâtre
Coproductions & partenariats en cours

 

Cie Gilgamesh Théâtre

En savoir plus