Les 120 journées de Sodome

22H45

du 7 au 30 juillet | Relâches les 11, 18 et 25
Durée: 1h15
Tarifs: 16€ | 11€
14644276771233jpg14644276762336jpg14644276754629jpg14644276734281jpg14644276729635jpg14644276715964jpg14644276691265jpg14644276672531jpg
©Elodie Lecat et David Schaffer

 

« (...) Ayant été le premier à dire comment le désir est lié à une certaine criminalité, Sade a ouvert l'horizon de la modernité sur ce qui continue de nous hanter : comment penser la violence qui nous habite, quand les cadres traditionnels n'y parviennent plus? » Extrait d'un entretien Annie Le Brun, SADE, ATTAQUER LE SOLEIL, MUSEE D'ORSAY/GALLIMARD 

Ce spectacle, sous-titré Opus 3 : Violence du désir est le troisième volet de notre projet à TABLE. A la suite de Opus 1 : Etant donné... et Opus 2 : Dévoration, il poursuit la plongée dans les ténèbres de l'âme humaine.
Les 120 journées de Sodome est un récit extrême qui met en scène un système totalitaire. Les corps y sont utilisés comme des matériaux, des pièces de viande dont on jouit par morceaux. Mais par-delà cette organisation, Sade nous confronte à la violence individuelle, intime, que chacun peut être tenté d'exercer au nom de sa propre jouissance.

Dans cette mise en scène, les corps sont sous contrôle et pour donner à voir la violence du désir c'est l'ouïe du spectateur qui est d'abord sollicitée. Sur le plateau, les 8 acteurs-musiciens, aux manettes tour à tour des effets textuels, sonores et lumineux se lancent, quasi inlassablement, dans une ronde à l'énergie mécanique autour de la table. Ils s'arrêtent parfois pour énumérer la litanie du récit des "passions". Des hauts-parleurs se chargent de distiller le règlement intérieur de cet espace concentrationnaire. La musique originale interprétée sur deux pianos désossés accentue progressivement la prédominance sonore sur la parole.

 

PRESSE
« Ils sont huit acteurs, performeurs, à agencer en direct l'univers de paroles, de lumière et de sons qui constitue peu à peu l'espace de la table en territoire parcouru d'intensités et de rythmes, où la musicalité tend à l'emporter sur la violence du représenté (...) Faire naître le plaisir du théâtre pour mieux jouer et déjouer nos peurs archaïques, c'est sans doute ce qui est au coeur même de l'entreprise d'Agnès Bourgeois et de ses Compagnons de Jeu : faire un autre théâtre où il s'agit moins de représenter simplement l'horreur et le mal que de renouer joyeusement avec ce qu'Antonin Artaud aurait pu nommer l'enfance «cruelle» de l'art »
C. Drapron theatreonline.com

Compagnie Terrain de jeu

En savoir plus

d'après SADE
Mise en scène Agnès Bourgeois
Avec Valérie Blanchon, Agnès Bourgeois, Fred Costa, Xavier Czapla, Corinne Fischer, Muranyi Kovacs, Guillaume Laîné, Frédéric Minière

Collaboration dramaturgique et costumes Laurence Forbin
Scénographie Didier Payen assistée d'Oria Steenkiste
Musique Fred Costa et Frédéric Minière
Lumières Sébastien Combes 

 

Production Terrain de Jeu
Soutien Anis Gras / SPEDIDAM
Terrain de Jeu est en résidence à Anis Gras le lieu de l'autre - conventionnée par le Ministère de la Culture/DRAC Île de France et par la Région Île de France au titre de la permanence artistique