LA COLÈRE DE DOM JUAN

Notre programmation au Théâtre GiraSole en 2015

 

17H25 | Durée 1H20 | Relâche 19 juillet
À partir de 10 ans
Tarifs : 17€ | 12€ (réduit)

143081581786741430815817778614308158178943

 

L'action se passe aujourd'hui. Le texte de Molière a servi de base pour l'adaptation ; il y a aussi des passages de Tirso de Molina, Da Ponte, Hoffman, Lenau, Pouchkine, Machiavel et moi-même.
C'est un Dom Juan contemporain, Rock'n'roll, qui, au travers du théâtre et de son esthétisme, nous offre un point de vue : La séduction comprise comme pathologie ; le père de Dom Juan ne l'ayant jamais reconnu, Dom Juan a besoin d'être aimé.
Sa douleur le pousse à chanter sa colère au travers des Doors, Rage Against the machine et sa fureur de vivre avec les Queen. Il est accompagné par Sganarelle à la guitare électrique. Il danse aussi un tango pour séduire une femme qu'il dispute à un homme.

L'espace dans lequel il nous convoque est une salle de concert, le bal de ses sentiments : Quatre Flight-cases sont placés à chaque coin de la scène, comme des piliers symboliques d'un ring sur lequel il va boxer avec sa vie. Au centre, en suspension, un rectangle blanc sert de sur-titreur pour traduire les paroles chantées en anglais ; puis, ce sur-titreur devient un écran vidéo, une table, une porte, un cercueil...
Des projecteurs sur roulettes tournent autour de Dom Juan d'une manière toute cinématographique, comme pour le traquer. Les lumières sont manipulées par les comédiens.
Cette création est pour moi le moyen de creuser le sillon de la séduction et de ses origines possibles. Notamment celle qui se trouve au cœur des relations entre un père et son fils. Mon souhait est d'apporter un autre éclairage sur le mythe de Dom Juan et de prendre position sur une maladie de notre siècle : cette révolte intérieure qui nous conduit à séduire encore et encore dans une insatiable séduction pour nourrir notre besoin d'amour et de reconnaissance. Pathologie possiblement guérissable !

« On dit d'un fleuve emportant tout qu'il est violent, mais on ne dit jamais rien de la violence des rives qui l'enserrent. » Brecht.

 

 

 


14032591196118_med

 

 

Cie Le Septentrion / ID Production

En savoir plus

CRÉATION 2015
 
D'après Molière, Pouchkine, Hoffman...

Adaptation et mise en scène : Christophe Luthringer

Avec : Arnaud Denissel, Gilles-Vincent Kapps, Françoise Cadol, Laurent Richard, Vanessa Cailhol, Jeremy Braitbar

Scénographie Charlotte Villermet
Lumière Maurice Fouilhé
Costumes Alice Touvet
Musique et sons Franck Gervais
Vidéo Christian Boustani & Maxime Trévisiol
Chorégraphies Claire Faurot & Jérémy Braitbart
Assistante mise en scène Bérengère de Pommerol
Régie Thierry Alexandre et Mathieu Poupin