KING KONG THÉORIE

17H50

du 7 au 24 juillet | relâche les 11 et 18
Durée 1H30
Tarifs: 15€ | 10€
14625663312430jpg
Une danseuse, une actrice, un plateau nu. C'est sans artifices, sans véhémence non plus qu'Emilie Charriot adapte l'œuvre coup de poing de Virginie Despentes. Dans un verbe cru et maîtrisé, l'auteure y relate notamment son viol et son expérience de la prostitution. Simple mais jamais simpliste, la mise en scène s'appuie sur la force du texte, sur ses paradoxes, sur sa complexité pour mieux mettre en lumière son universalité. Derrière la militante affleure l'écrivain et surtout l'individu, qui théorise sur son vécu. Plus qu'une charge féministe, King Kong Théorie se vit ici comme le récit d'une émancipation, comme l'affirmation, crâne et galvanisante, d'une liberté. Celle d'un être humain qui entend rester debout, quoi qu'il arrive, quel que soit le risque encouru.


Faire simple est une qualité qui s'acquiert généralement au fil des années. Pour sa première mise en scène, Émilie Charriot, jeune diplômée de La Manufacture-Haute école de théâtre de Suisse romande, a fait preuve d'une étonnante maturité. Rien de superflu dans le travail de cette artiste franco-suisse, qui s'attache à l'essence peut-être plus encore qu'à l'essentiel. Organiser la rencontre entre un auteur et un acteur, faire tinter le texte dans toutes les nuances de sa sonorité, lui donner une corporalité propre à émouvoir et à toucher : voilà les préoccupations qui irriguent le théâtre de cette comédienne de formation. Avec minutie, Émilie Charriot façonne ses pièces au plus près d'un plateau qu'elle connaît pour l'avoir elle-même occupé sous la direction de Massimo Furlan, Jean-Louis Hourdin ou encore Oskar Gomez Mata. Le résultat est surprenant, jamais ostentatoire et en même temps évident, à la fois délicat et violent, apaisé dans la forme et sans concession sur le fond. Pour sa prochaine création, Émilie Charriot se penche aujourd'hui sur une autre figure meurtrie : Ivanov, en lequel elle voit un homme brisé. Incapable, lui aussi, de « vivre comme il faut ».

PRESSE

« Femme forte, spectacle racé. La comédienne brûle, oui, mais en dedans. Émilie Charriot insuffle de la complexité en toute simplicité. » Le Temps 

 

Sélection Suisse en Avignon
En savoir plus
[conçue et financée par Pro Helvetia, Fondation suisse pour la culture, et CORODIS, Commission romande de diffusion des spectacles, avec le soutien de la Société Suisse des Auteurs (SSA), de la Ville et du Canton de Genève, de la Ville de Lausanne, du Canton de Vaud, de la Ville et du Canton de Zürich, de la Fondation Ernst Göhner et du Pour-cent culturel Migros]

 

d'après le livre de Virginie Despentes
mise en scène Emilie Charriot
Création lumières et régie Yan Godat | Regard dramaturgique Igor Cardellini | Regard extérieur Piera Honegger, Delphine Rosay | Collaboration artistique Valérianne Poidevin
Avec Géraldine Chollet, Julia Perazzini
Coproduction Compagnie Emilie Charriot, Arsenic-Lausanne
Soutiens Ville de Lausanne / CORODIS / Loterie Romande / Fondation Jan Michalski pour la littérature et l'écriture / Fondation Emilie Gourd / Fondation Nestlé pour l'art / Fondation Ernst Göhner