INOFFENSIF [Titre provisoire]

Notre programmation au Théâtre GiraSole en 2014

 

12H15 | Durée: 1h15 | relâche 21 juillet

13974919184143

@Pierre Planchenault

Un parallèle surprenant entre les arcanes de la politique et les coulisses du théâtre où l'on croise en vrac un économiste, Dora l'exploratrice, un homme politique à la verve célèbre, Mylène Farmer... et quelques experts. Après les solos Furie et Je me souviens présentés à la Manufacture, voici Jérôme Rouger associé au musicien- comédien Patrick Ingueneau pour ce périple théâtro-musical à l'humour omniprésent, où, entre récits, témoignages et envolées poétiques, ils jouent ensemble avec les codes, ceux de la politique autant que ceux du théâtre.

Prémisses, une démarche originale : les expériences
En préalable à l'écriture de ce spectacle, Jérôme Rouger a mené quatorze expériences où il a dressé des portraits issus de multiples rencontres : responsables politiques, décideurs, journalistes, spécialistes du discours,
«manipulateurs» de paroles, adhérents, militants, ados, vieux, «non-concernés», historiens, spécialistes,...
Un artiste différent fut associé à chaque expérience : Nicolas Bonneau - Renaud Cojo - Patrice Jouffroy - Frédéric Nevchehirlian - Guillaume Bouzard (dessinateur de bd) - Nicolas Jules - Cie La Grosse Situation...
Ces expériences n'étaient pas prétextes à la présentation d'un travail en cours. Il ne s'agissait pas d'un « work in progress » mais plus de nourrir la réflexion et d'avoir à disposition du matériau pour la création d'Inoffensif [titre provisoire].

Notes de l'auteur
« C'est une écriture faite d'accidents. Dans notre monde des hyperliens d'Internet, je m'intéresse beaucoup à chercher comment un récit peut trouver une cohérence au-delà de son apparent morcellement narratif. C'était déjà le cas dans le précédent spectacle, Je me souviens, où le procédé anaphorique donnait une unité au récit sans se soucier justement de la linéarité de ce récit.

Dans Inoffensif [titre provisoire], il est question entre autres de politique et de théâtre. Comme dans sa pratique professionnelle actuelle, la politique entretient un rapport étroit à l'image, il m'a semblé pertinent d'avoir un écran dans le dispositif scénique (projections de photos, vidéo et de textes), écran que nous utilisons souvent dans un rapport inattendu. Comme dans le précédent spectacle Je me souviens, en plus de projections de photos et de vidéos, cet écran est aussi utilisé pour faire des commentaires sur le spectacle, indiquer les didascalies, donner des instructions au comédien,... C'est un procédé me semble-t-il riche, et dont je suis loin « d'avoir fait le tour ».

Dans le fond et dans la forme, dans la rhétorique et dans la mécanique du spectacle, dans le parallèle qui est fait entre théâtre et politique, il y a volonté de s'inspirer, de copier, de parodier l'univers de la politique professionnelle : son discours jouant sur l'émotion, ses experts parfois autoproclamés, ses commentateurs qui font souvent penser à des commentateurs sportifs, notamment par le vocabulaire employé (« Le premier Ministre a été taclé par le Président »), ses sondages à outrance, ses auto congratulations, ses côtes de popularité,...
La musique occupe dans le spectacle une place de choix, et permet souvent de décaler le politique vers le poétique.Enfin, comme dans chacun de mes spectacles, l'humour tient une place importante. J'aime son aspect fédérateur, qui contribue à quelque chose qui me semble essentiel au théâtre : rassembler autour d'un même « objet » des gens d'âge, de sensibilité, de culture et d'intérêts différents ».          Jérôme Rouger


14029995564837
14032591196118_med

 

Presse

"Un spectacle tantôt grave, tantôt humoristique qui dénonce tout en finesse les mécanismes d'une société où la forme l'emporte sur le fond, le rationnel des chiffres sur la raison humaine [...] Salle hilare" La Nouvelle République

 

" Sans grands artifices mais avec des mots bien choisis, et un humour irrésistible, comme toujours basé sur l'absurde, ce spectacle « documentaire », qui prend tout son sens en cette période électorale, n'est pas si inoffensif que ça !" Centre Presse

Compagnie La Martingale
En savoir plus

Texte et conception: Jérôme Rouger
Avec Jérôme Rouger et Patrick Ingueneau
Musique originale: Patrick Ingueneau
Création lumière: Cédric Ridouard,
Montage son: Laurent Baraton,
Création vidéo: Elisabeth Boisson

 

Production :
La Martingale
Coproductions :
Le Gallia Théâtre, scène conventionnée de Saintes (17) / La Coupe d'Or, scène conventionnée de Rochefort (17) / Itinéraires bis, Développement Culturel et Artistique des Côtes d'Armor (22) / Chahuts - Bordeaux (33)/ Villages en scène - Pays de Loire en Layon (49)
Partenaires institutionnels :
DRAC Poitou-Charentes / Conseil Régional Poitou-Charentes / OARA - Office Artistique de la Région Aquitaine / Conseil Général des Deux-Sèvres / Ville de Parthenay

 

14029995554519_med