Chroniques d'une révolution orpheline [ Trilogie sur la révolution syrienne ]

Jeudi 23 juillet | 10h | Durée: 2h
PRÉSENTATION ET LECTURES D'EXTRAITS
Entrée libre | réservation conseillée

14331448419355_med
Le projet
Ce spectacle sera la création en français de textes de Mohammad Al Attar, nouveau nom du théâtre syrien. Chacun de ces textes constitue une fenêtre sur un moment particulier de la révolution syrienne, et en éclaire différents aspects : l'enthousiasme de la jeunesse pour les premières manifestations en 2011, la nécessité de s'engager malgré la répression, les lentes partitions de la société civile vers la désagrégation progressive d'une nation. La force cathartique du théâtre fonctionne à plein : témoignage, récit, mise en doute des propos, répétition et réinvention du récit sont autant de moyens qui permettent de mettre à distance l'expérience traumatique. Le théâtre est ici espace de liberté mais aussi de libération. Mohammad Al Attar maîtrise l'art de l'accompagnement : dans ses textes, le personnage central prend le public par la main pour le conduire dans les méandres de la complexité d'un conflit civil, tout en posant des questions universelles : qui détient la légitimité de la révolution ? Qui représente le peuple ? Que construire après ? Les débats font rage, comme les combats, mais constituent sans aucun doute les fondements d'une réflexion démocratique.
 
Mohammad Al Attar, auteur

Né à Damas en 1980, Mohammad Al Attar est le nouveau nom du théâtre syrien. Ses textes écrits en arabe (dialecte syrien) sont aujourd'hui traduits et joués en anglais et en allemand. Diplômé en Littérature anglaise de l'Université de Damas et en Etudes théâtrales de l'Institut supérieur des Arts dramatiques de Damas (2002), il obtient en 2009 une bourse pour faire un MA en Applied Drama au Goldsmiths College à l'Université de Londres (2010). Depuis, Al Attar consacre tout particulièr ment son travail au rôle social et politique du théâtre. En 2006, il rejoint en tant que dramaturge la compagnie Studio Théâtre dirigée à Damas par Omar Abou Saadah, qui met en scène tous les textes d'Al Attar. Il participe notamment à divers projets de théâtre interactif dans des régions rurales et en milieu carcéral en Syrie. Sa première pièce de théâtre Withdrawal (2007), écrite suite à une résidence au Royal Court Theatre à Londres, est publiée dans un volume Plays from the Arab world (Nick Hern Books), et adaptée pour des performances et des lectures publiques à Londres, à New York, à New Delhi, à Berlin, à Beyrouth ainsi qu'en Tunisie. Mohammad Al Attar est un auteur prolixe puisque depuis le début du soulèvement syrien en mars 2011, il n'a pas écrit moins de quatre textes, aussitôt créés, en arabe comme en anglais et en allemand. De plus, il participe à différents projets dramaturgiques qui réfléchissent les soulèvements arabes et leurs complications. En 2012, sa pièce Online a été créée à l'occasion d'un événement sur les Printemps arabes au Royal Court Theatre à Londres ; Look at the Chroniques d'un pays en guerre street... this is what hope looks like a été créée à Bruxelles, Berlin et Athènes, pour la biennale itinérante Meeting Points 6, qui présentait également une première version de Could you Please Look into the Camera ? Ce texte a ensuite été créé en arabe par Omar Abou Saadah au Doosan Art Center à Séoul, puis en version anglaise par Catrin Evans au National Theater of Scotland, à Edimbourg. Lydia Ziemke a créé ce texte en allemand en 2013 et Youssef was here au Heimathafen à Berlin en 2014. Mohammad Al Attar a dû définitivement quitter la Syrie en 2012. Il vit et travaille aujourd'hui à Beyrouth, tout en étant très actif à la frontière syro-libanaise dans le soutien aux réfugiés syriens, à travers des projets sociaux et culturels, comme par son travail théâtral.

Ce projet se fera en collaboration avec Jumana Al-Yasiri, traductrice et dramaturge faisant le lien avec l'auteur, ce dernier considérant ses textes comme des matériaux pour le plateau.

 

 

 

 

 

de Mohammad Al Attar [ Online | Tu peux regarder la caméra ? | Youssef est passé ici ]

Traduction Jumana Al-Yasiri et Leyla-Claire Rabih
Mise en scène Leyla-Claire Rabih
Scénographie Jean-Christophe Lanquetin

 

Production Grenier Neuf 2015-2016 | Coproduction Théâtre Dijon Bourgogne
Recherche de partenaires en cours